La cartographie japonaise

L'allure des cartes asiatiques, en général, et celle des cartes japonaises, en particulier, déconcerte l'œil occidental, à la fois dérouté et séduit par leur esthétique et leur puissance d'évocation. Conçues parfois comme de véritables œuvres d'art, elles s'affranchissent à l’occasion des supports traditionnels pour en investir de plus inattendus (porcelaine, éventails, paravents, tentures…).

Fruits d'une tradition cartographique parmi les plus anciennes du continent asiatique, les cartes japonaises ont leur physionomie propre, fondée sur des codes spécifiques qui perdurent, en dépit de l'influence des modes de représentation et des techniques de la cartographie occidentale, qui s'exerce malgré la politique du Sakoku.

Réciproquement, on peut s'interroger sur le rôle joué par les cartes japonaise dans l’évolution des savoirs cartographiques occidentaux, la fermeture du Japon entravant la circulation des cartes vernaculaires en-dehors des territoires insulaires sans déboucher toutefois sur une complète étanchéité avec le monde extérieur.