Passer au contenu principal
NuBIS

Rire et culture de guerre : un moyen de mobilisation transversal

Malpropreté, humour grossier et licencieux comme moyens de mobilisation transversal

Fabrication du pain KK, carte à système

« L’on regardait presque avec stupeur les images idiotes des cartes postales représentant la famine à Berlin : (…) – où jamais sans doute, la niaiserie, la malpropreté, la laideur de la bêtise populacière ne s’étaient révélées d’une manière plus compromettante et plus honteuse. » - André Gide, Journal, p. 476 (entrée du 27 août 1914, cité par P. Brouland et G. Doizy, La Grande Guerre des cartes postales).

Une grande partie des cartes postales satiriques ont un caractère outrageant et licencieux, et l’illustration relève d’un humour bien souvent obscène ou scatologique prisé par la caricature. Si une élite sociale ou culturelle peut reprocher à ces images leur caractère « populaire », il s’agit cependant d’un moyen de mobilisation transversal, apprécié de tous pendant la guerre. Le pain KK est du pain béni pour les iconographes, qui y voient un moyen facile de moquer la coprophagie supposée de l'ennemi et de faire rire l'arrière.

La carte ci-contre est une copie quelque peu maladroite d'une carte imprimée en 1914 dont l'iconographie s'inscrit dans la thématique revencharde des provinces perdues en 1870. On y retrouve Guillaume II, malade, contraint de régurgiter ce qu'il a pris.

Le procédé graphique séquencé, dont on voit un exemple à gauche, est utilisé dans les cartes postales horizontales. Il permet souvent d'évoquer l'évolution d'une situation ou la déchéance graduelle, le plus souvent autour de la figure de Guillaume II.

La permission : humour grivois et pornographique

(Source : Gallica/BnF)
« Mais il y a celle de Willette qui représente un poilu revenant au domicile conjugal et disant à sa femme assise devant une machine à coudre : « Enfin seuls ! » « Enfin seuls », éveille, paraît-il, chez certains parlementaires des idées que leur pudeur ne peut supporter. […] » (Le Cri de Paris, revue hebdomadaire satirique, numéro du 19 décembre 1915, cité par P. Brouland et G. Doizy, La Grande Guerre des cartes postales)

L’iconographie de la permission foisonne dans les cartes postales, comme par expectative, de scènes romantiques ou grivoises, plus ou moins bien tolérées par la censure - comme l'illustre cette citation de l'hebdomadaire Le Cri de Paris.  Certains journaux ou éditeurs se spécialisent même dans l'imagerie érotique, tandis que les cartes postales se concentrent souvent sur le théâtre que devient la chambre conjugale. Les dessins satiriques sont plus ou moins suggestifs : ils représentent bien souvent les soldats permissionnaires, de retour au foyer, prompts à « préparer la classe de 1937 ».

La figure des « marraines de guerre », femmes de tous milieux qui entretiennent de 1915 à 1917 une correspondance régulière avec les soldats au front, est également prisée des dessinateurs, bien souvent pour en moquer les ambiguïtés.

Les Six Jours, CH-Léo, 1916

Les Six-Jours
Elle. - enfin tu vas te reposer
Lui. - Impossible. Service commandé : Préparation de la Classe 37.

Amour et Devoir, CH-Léo, 1916

 

Amour et devoir
Julie ! Je vais bientôt quitter ton corps pour rejoindre le mien.

« Graines de Poilus ». Le jeu et l'enfance au service de la propagande de guerre

On les aura les boches, série "Graine de Poilu"

 

Dans la continuité des années d'avant-guerre et de la carte fantaisie de la Belle Époque, les enfants tiennent une place importante dans l’iconographie des cartes postales. Dans ces scènes qui servent un discours à la fois nataliste et belliqueux, les enfants, des « graines de poilus », jouent à la guerre sur un mode ludique, déguisés en soldats ou en infirmières. Ce motif fait notamment l'objet de nombreuses illustrations par Poulbot (créateur de l'iconographie du gamin monmartrois qui prendra son nom), mais aussi par des illustrateurs anonymes, adultes comme enfants eux-mêmes. Au même titre que les jeux et jouets patriotiques fabriqués pendant le conflit, ces cartes diffusée massivement visent à entretenir une propagande de guerre anti-allemande auprès des plus jeunes.

La carte ci-contre est adressée par un enfant à son père après que ce dernier lui a offert une boîte d'aquarelle. On perçoit, grâce au texte manuscrit au verso, la part de l'imaginaire de guerre dans l'esprit de l'enfant, ainsi que sa mise en scène au service d'un patriotisme.

 

« [...] Mon cher petit papa, 
Je te présente ma première carte coloriée par ta gentille boîte d'aquarelle de dimanche dont je te remercie encore une fois. J'ose espérer que tu ne te moqueras pas trop de mon premier travail : Le soldat à table qui te représente est en train de juger un sale Boche gardé par deux jeunes soldats. Nous allons continuer à être sages pour vous faire plaisir et afin que le petit Jésus fasse finir les bombardements de Paris pour que nous puissions rentrer le plus tôt possible. [...]. »

Rire et culture de guerre : un moyen de mobilisation transversal