Deo optimo, max. uni et trino, Virgini Deiparae, et S. Lucae, orthodoxorum medicorum patrono. Quaestio medica quodlibetariis disputationibus manè discutienda, in scholis medicorum, die jovis decimâ-quartâ novembris 1726. M. Francisco Mery, doctore medico, praeside. An innuptis mulieribus summa vitae brevior?..

Source

Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, cote : HJR 4= 64. Pièce 10

Titre

Deo optimo, max. uni et trino, Virgini Deiparae, et S. Lucae, orthodoxorum medicorum patrono. Quaestio medica quodlibetariis disputationibus manè discutienda, in scholis medicorum, die jovis decimâ-quartâ novembris 1726. M. Francisco Mery, doctore medico, praeside. An innuptis mulieribus summa vitae brevior?..
Autre titre : Quaestio medica an innuptis mulieribus summa vitae brevior?

Date

1726

Lieu et siècle d’édition

Paris (FR)
18e s.

Format et exemplaire

4 p. in-4
Note ms.: "Cette thèse fut supprimée par ordre de la Cour et ne fut point soutenue"
Dans un recueil dont la première pièce porte les cachets du collège Louis-le-Grand et de la bibl. du Prytanée, à Paris

Langue

lat

Droits

[icône Etalab] Licence ouverte Etalab

Identifiant

Social Bookmarking

Embarquez-moi !

Copiez le code ci-dessous dans votre page web :